Que faire en cas de retard ou annulation de vol?

Vol retardé Image parTumisu de Pixabay

Hello les amis,

Aujourd’hui, notre article va parler des aléas que vous avez peut-être rencontrés lors de vos vacances et qui les ont peut-être gâchées.

Quels sont les vols concernés ?

Tous les vols au départ des aéroports situés dans l’Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède), la Norvège, l’Islande ou la Suisse, quelle que soit la nationalité du transporteur aérien, et quelle que soit la destination du vol.

Pour les vols en provenance d’un aéroport situé dans un Etat tiers (autres Etats que ceux membres de l’Union européenne, la Norvège, l’Islande et la Suisse), seuls les vols exploités par un transporteur de l’Union européenne, et à destination d’un aéroport situé dans l’UE, la Norvège, l’Islande ou la Suisse sont concernés, sauf si le passager bénéficie de prestations ou d’une indemnisation et d’une assistance dans ce pays tiers.

Retard important : que se passe-t-il ?

Lorsque le retard au départ d’un vol atteint :

  • deux heures ou plus pour les vols de 1500 km ou moins,
  • trois heures ou plus pour les vols de plus de 1500 km jusqu’à 3500 km et tous les vols intracommunautaires de plus de 1500 kilomètres,
  • quatre heures ou plus pour les autres vols de plus de 3500 km,

le transporteur doit fournir une prise en charge gratuite au passager dans l’attente de son départ, sauf si la prise en charge aurait pour conséquence de retarder plus le départ du vol (rafraîchissements, restauration, deux communications, et si le départ ne peut pas avoir lieu avant le lendemain, hébergement et transferts entre le lieu d’hébergement et l’aéroport).

Si la prise en charge n’a pas été offerte, alors qu’elle aurait dû l’être, le passager peut obtenir le remboursement des frais occasionnés par le transporteur aérien, dès lors que les sommes engagées s’avéraient nécessaires, appropriées et raisonnables.

Le passager doit garder tous les reçus attestant des frais engagés.

Si le retard au départ est d’au moins 5 heures, et seulement si le passager renonce à son voyage, le passager est en droit de se faire rembourser son billet, et éventuellement, de demander la prise en charge du vol retour vers son point de départ initial (cas d’un vol au départ lors d’une correspondance).

Le passager, dont le vol est retardé au départ, dispose du droit à indemnisation lorsqu’il atteint la destination finale inscrite sur son contrat de transport 3 heures ou plus après l’heure d’arrivée initialement prévue par le transporteur.

L’indemnisation forfaitaire accordée est la suivante :

  • 250 € pour les trajets de 1500 kilomètres ou moins,
  • 400 € pour ceux compris entre 1500 et 3500 kilomètres et pour tous les vols intracommunautaires de plus de 1500 kilomètres*,
  • 600 € au-delà de 3500 kilomètres pour les destinations extra-communautaires.

L’indemnisation peut-être, dans certains cas, réduite de 50 %.

Le transporteur est tenu de payer l’indemnisation en espèces ou par tout autre moyen (chèque, virement etc.). Une indemnisation sous forme de bons de voyage ou d’avoir ne peut se faire qu’avec l’accord écrit du passager.

Toutefois, le transporteur peut ne pas payer l’indemnisation, s’il prouve que le retard était dû à des circonstances extraordinaires qui n’auraient pas pu être évitées même si toutes les mesures raisonnables avaient été prises.

* les vols entre la Métropole et les Départements d’Outre-mer français (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion et Mayotte) sont indemnisés à hauteur de 400€. Il s’agit de vols intra-communautaires de plus de 1500 kilomètres.

Comment se faire rembourser?

Vous pouvez contacter votre compagnie via un formulaire disponible sur site, généralement dans la rubrique « Contact/Nous contacter ». Vous devrez fournir toutes les informations concernant votre vol: Nom, numéro PNR, numéro de vol, billet électronique…

Vous devriez avoir une réponse au bout de 2 mois maximum. En l’absence de réponse, vous avez le droit de contacter la direction générale de l’aviation civile ou de solliciter un intermédiaire.

Différents intermédiaires sont à votre disposition. Ils vous garantiront votre remboursement dans le cadre de la loi (250€, 400€ ou 600€) mais prendront 25% du remboursement en question.

Nous vous recommandons l’un de ces 3 intermédiaires si vous deviez solliciter leur aide car ce sont les leaders du marché et les plus efficaces dans votre remboursement:

Enfin, si vraiment vous avez des difficultés, n’hésitez pas à nous contacter et nous essayerons de vous aider dans la mesure de nos possibilités!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.